Cap-Vert

Le Cap-Vert... Des paysages montagneux grandioses à Santo Antao, l’ambiance colorée et musicale de Sao Vicente, la beauté de la plage de Santa Maria à Sal, le folklore et la diversité des paysages de Santiago, la force dévastatrice du majestueux volcan de Fogo… une diversité incroyable et rare qui saura en séduire plus d’un… Puis vous accompagnera La « morabeza », une philosophie qui reflète l'unicité de cette personnalité cap-verdienne...

Informations pratiques


Formalités
Pour l’entrée au Cap-Vert, visa obligatoire (nous consulter). Les citoyens suisses et de l’Union Européenne doivent être détenteurs d’un passeport valable six mois après la date de retour. Les autres citoyens doivent se renseigner lors de la réservation sur les formalités administratives. La responsabilité d’avoir des papiers en règle incombe à chaque participant.

Santé
Il n’y a aucun risque particulier sur le plan sanitaire, ni aucun vaccin obligatoire à faire avant d’entrer dans l’archipel. Néanmoins, il faut éviter de boire de l’eau du robinet et de mettre des glaçons dans son verre, sauf s’ils ont été faits avec de l’eau en bouteille. Vérifiez bien que le bouchon n’a pas été ouvert auparavant.Il a déjà été signalé quelques rares cas de paludisme sur Santiago, ce qui ne signifie pas que vous devez subir un traitement avant d’y aller. Les hépatites A et B sont en revanche plus courantes.

Décalage horaire
Quand il est 12h00 en Suisse et en France, il est 10h00 au Cap-Vert en hiver et 9h00 en été.

Langue
La langue officielle est le portugais, mais on peut se faire comprendre avec l’espagnol. Les Capverdiens parlent le créole, un portugais dérivé du dialecte africain.


Vacances au Cap-Vert

Les différentes îles

Sal

A première vue l’île de Sal ressemble à un désert qui n’en finit pas de s’éroder. Elle offre, avec ses étendues de cailloux, un paysage lunaire où peinent à pousser quelques acacias et palmiers. Pourtant, ce bout de terre aride attire davantage de touristes que toutes les autres îles de l’archipel grâce à la magnifique plage de Santa Maria. Un véritable paradis balnéaire qui déroule une bande de sable blond au bord d’une mer turquoise. Pourvue des meilleurs hôtels du pays, qui restent moyens par rapport aux normes internationales, elle jouit d’une grande réputation auprès des inconditionnels de farniente et chez les adeptes de windsurf et de kitesurf. Le petit village de Santa Maria s’est parfaitement adapté à cet essor touristique et les noctambules y trouveront un certain nombre de bars.

São Vicente
São Vicente est une étape incontournable, notamment pour sa capitale Mindelo, le véritable poumon culturel du Cap-Vert.  La cité qui a vu naître Césaria Evora est de loin la plus attrayante de l’archipel, avec ses quartiers animés autour de la rue de Lisbonne et ses nombreuses maisons coloniales portugaises, ses bars Nella’s, Café Lisboa et Café Musique, ses restaurants Sodade et Archote et ses boîtes de nuit.  Une balade au coucher du soleil sur le front de mer est incontournable. Vous y découvrirez une des plus belles baies du monde ainsi qu’une surprenante réplique de la tour de Belem de Lisbonne.

Santo Antão
Avec ses imposantes montagnes et ses vallées très profondes, le relief de l’île de Santo Antão est absolument stupéfiant.  Depuis Porto Novo, la route qui se dirige vers le nord de l’île, transporte le visiteur dans un monde presque irréel, où la force et la volonté humaines se sont imposées face à la nature agreste de cette région. Les routes taillées entre les versants abrupts, constituent d’authentiques monuments en mémoire à l’effort et au labeur de ceux qui ont contribué à leur construction. Ces véritables montagnes russes suscitent l’étonnement. Santo Antão est aussi considérée comme l’île du grogue, cette eau-de-vie typique, encore fabriquée de nos jours selon des méthodes traditionnelles de mouture de la canne à sucre, au moyen du trapiche, mécanisme rudimentaire qui, pour fonctionner, utilise la force humaine et animale. La fabrication du grogue est liée à la culture à grande échelle de la canne à sucre dans cette île. L’amabilité et l’hospitalité semblent exprimer une douce harmonie entre le paysage et ses habitants.

Boavista
Boavista est une perle de Sahara perdue en pleine mer, une île suspendue dans le silence où les dunes de sable répondent au bruit du ressac. Ici le temps s’est arrêté et les plages contemplent une faune et une flore miraculeusement préservées. D’origine volcanique comme la plupart des îles du Cap-Vert, Boavista offre un spectacle naturel d’une grande beauté, un écrin secret, loin de tout. C’est un enchevêtrement de maisons colorées aux tuiles roses, d’odeurs salines, de ruines à moitié enfouies sous le sable et de rues désertes sous le soleil. Le farniente est de mise pour fouler des kilomètres de plages et observer les tortues pondre leurs œufs. Pêche, poterie, surf, ne sont pas en reste et il est fort possible que vous décidiez finalement de vous y installer.

Santiago
Santiago est l’île la plus africaine du Cap-Vert mais aussi la plus grande et la plus peuplée. En 1460, les Portugais s’installent sur l’île avec leurs esclaves africains, ce qui donne le métissage que l’on voit aujourd’hui dans tout le Cap-Vert. La culture africaine se ressent aussi dans la danse, la musique, la cuisine ainsi que dans l’habillement. Les villages à l’intérieur des terres ont gardé leur identité créole et la culture traditionnelle capverdienne reste très ancrée. De nombreux massifs composent cette île avec notamment le Pico d’Antonia qui culmine à 1392 m. D’origine volcanique, le paysage de l’île se partage entre ribeiras, vallées et collines. La côte ouest très découpée est dessinée par de nombreuses criques.
Praia est la capitale du pays et compte aujourd’hui près de 70’000 habitants. Le centre historique a été construit sur un plateau basaltique surplombant la baie et le reste de la ville. L’architecture des maisons du Platô, les pavés, les jardins, les vestiges sont autant d’héritages laissés par les Portugais. La ville offre également une riche variété de charmantes curiosités comme, par exemple, le marché de Sucupira, typiquement africain, et l’avenue Amilcar Cabral.


Fogo

Fogo se nommait autrefois São FIlipe. Mais le nom de Fogo «feu» lui convient mieux. Le Pico, le point culminant de l’île et de l’archipel culmine à 2829 m d’altitude. Grâce au volcan, les terres sont très fertiles et l’on y cultive des vignes (pour produire le célèbre vin de Fogo, le manecom), du café, des raisins, des pommes, des grenades, des légumes. Le café de Fogo est aussi réputé dans le monde entier. Autre spécialité de l’île, son fromage de chèvre. L’île fut peuplée de colons et d’esclaves au XVe siècle et développa la culture de coton pour la fabrication de pagnes qui était à l’époque une monnaie d’échange. Le métissage fut très important dans l’île et les habitants peuvent avoir les cheveux blonds ou les yeux bleus ou verts. Un français s’y installa au XIXe siècle, le comte de Montrond et laissa beaucoup de descendants.
La ville de São Filipe, avec plus de 5’000 habitants, est la capitale de l’île et l’on peut y admirer les magnifiques sobrados, ces grandes villas de style colonial, où vivaient les aristocrates. Dans la partie haute de la ville, le belvédère d’Aguadinha réserve aux visiteurs une vue admirable sur quelques plages de sable noir et, au loin, les jours de bonne visibilité, sur l’île voisine de Brava, qui se détache sur l’horizon comme un tableau. L’Ermida de Nossa Senhora do Socorro mérite, elle aussi, une visite. Cette île, où la force de la nature s’impose par le caractère grandiose du volcan, a connu le 23 novembre 2014, son éruption volcanique la plus récente.


Vacances au Cap-Vert

Loisirs & Activités

Plongée
On trouve plusieurs clubs sur différentes îles (Boa Vista, Santiago, São Vicente), mais les plongées les plus intéressantes et sécurisantes se font à partir de Sal. Les baptêmes sont possibles, mais les conditions de plongée en Atlantique avec des courants et des profondeurs importantes demandent tout de même plus d’expérience qu’ailleurs. Plusieurs épaves de navires, des grottes et des cavernes constituent des sites extraordinaires. Au programme : tortues, poissons exotiques, raies mantas, requins tigres, requins marteaux...

Surf, kite-surf et planche à voile
Ils sont rois sur la plage de Santa Maria à Sal et se pratiquent en particulier durant les mois d’hiver où les vents sont les plus forts. La championne Nathalie Simon y a un club. Depuis quelque temps, le kite-surf a fait une entrée remarquée parmi les sports de glisse. Inventé par des Français,  il s’agit en quelque sorte d’un surf associé à un cerf-volant de traction qui offre des sensations vertigineuses.

Pêche
Le Cap-Vert est un spot international pour la pêche sportive. De la petite pêche du bord (surf casting et lancer) à la pêche en bateau (petite et moyenne traîne) et à la pêche au gros de marlins bleus, thons albacores, voire de requins, elle se pratique sur toutes les îles et à tous niveaux. On peut partir avec des petits pêcheurs locaux ou avec des gros clubs. Tarrafal sur l’île de São Nicolau est un site particulièrement recommandé.

Plages
Farniente et baignade sont des activités importantes au Cap-Vert. Trois îles détiennent les plus belles plages de l’ensemble du territoire : Sal, Boa Vista et Maio. Les plages désertes aux eaux cristallines, s’étendent sur des dizaines de kilomètres et sont l’endroit idéal pour se ressourcer et se détendre, loin du tourisme de masse. A Boa Vista, leur beauté est accentuée par les dunes de sable qui les bordent tout le long du littoral et qui modifient leur aspect selon la force du vent. Cela étant, vous trouverez de belles plages sur pratiquement toutes les îles. Les couleurs du sable varient. A Fogo, il est noir à cause du volcan. A Santiago, vous retrouverez du brun, surtout sur la plage très réputée de Tarrafal, bordée de cocotiers et du sable noir sur la côte est. Le sable noir est aussi très réputé pour ses qualités curatives sur l’île de São Nicolau, car il est riche en titane et en iode. C’est sur cette île que vous trouverez une des plus belles plages du pays, celle de Baixo da Rocha, cernée de basalte.

Randonnées

C’est l’activité principale à pratiquer sur les îles de Santo Antão et de São Nicolau. Elles se font dans la montagne ou à travers les champs de canne à sucre et de bananiers et sont d’un niveau facile à moyen, certaines randonnées sont plus difficiles à Santo Antão (du côté de Tarrafal). Il existe une très bonne carte des sentiers de Santo Antão que l’on peut se procurer en arrivant à Porto Novo ou à Ribeira Grande.

Vie nocturne
A l’exception de Mindelo et Praia, où l’on peut écouter des concerts presque tous les soirs, le vie nocturne n’est pas très développée au Cap-Vert, encore que l’on trouve parfois des discothèques dans des villages complètement perdus. Assez peu de cinémas, on regarde la télévision essentiellement dans les cafés pour suivre les telenovelas brésiliennes ou les matchs de foot. Le jeu le plus répandu est l’ouril, sorte de jeu de dames du continent africain se jouant avec des graines.

Motos, scooters et quads
On en aperçoit de plus en plus. Découvrir les îles en deux-roues est un vrai régal. Vous trouverez des scooters et des quads en location plus particulièrement à Sal et à Boa Vista.